Loisirs

Voyager en Afrique du Sud à la découverte d’une nation arc-en-ciel

Afrique du Sud

L’Afrique du Sud a une histoire unique au monde. Aussi complexe, tumultueuse et passionnante que l’histoire de Madiba, le pays est bien connu du monde entier pour ses richesses naturelle et humaine. Avec onze langues officielles et une population estimée à 55 millions d’habitants, le pays se nourrit de son melting-pot grandeur nature de coutumes, de langues et d’origines aux influences variées.

Ces nombreux groupes ethniques ne font qu’émerveiller les visiteurs du pays. Si vous aimez la rencontre des différents communautés et groupes ethniques, alors la Nation arc-en-ciel est faite pour vous. Gros plan sur les ethnies sud-africaines.

Les Noirs en Afrique du Sud

L’Afrique du Sud est un mélange de peuples où la plupart de la population est de race noire. Les Noirs qu’on les appelle ici “Black” se divisent en deux catégories: les Noirs d’origine bantoue et les Noirs non-bantous.

Les Noirs originaires de bantoue

Au fil de vos pérégrinations en Afrique du Sud, vous aurez plus de chances de rencontrer ces Noirs originaires de bantoue. Ces derniers qui constituent environs 74% de la population du pays. Ces Noirs eux-mêmes se divisent en plusieurs groupes dont le groupe des Ngunis, à savoir les zoulous, les Ndebélé, les Swazi et les Xhosa, représentent plus de la moitié des Noirs. Vient ensuite le groupe des Sothos composé des Sotho du Sud, Sotho du Nord et Tswana qui forment un tiers des Noirs du pays. Puis, il y a aussi les Noirs bantous Tsongas, appelées aussi Shangaans. Enfin, il existe un petit groupe isolé des Vendas qui se trouve à la frontière avec le Zimbabwe.

Il est important de souligner que la plupart de ces groupes n’ont rien d’ethnique. Ce sont les fruits des créations politiques relativement anciennes. Les Zoulous par exemple ont été fondés par le chef Chaka dans les années 1820. Ils forment le groupe le plus nombreux du pays. De même, à la fin du 18è siècle, les populations Swazis ont été formées, en regroupant quelques diverses populations sous sa conduite, par le chef Mswazi.

Actuellement, les Noirs sud-africains parlent plus souvent l’afrikaans et l’anglais que leur langue maternelle. Ils se considèrent avant tout Sud-Africains avant toute autre considération raciale, ethnique ou autres.

Les Noirs non-bantous

Les Noirs d’origine non-bantoue sont scindés en deux groupes: les Bouchimans ou Sans et les Hottentots ou Khoïs.

Ne sont plus aujourd’hui que quelques dizaines de milliers, ces non-bantous sont des autochtones de la terre de l’Afrique du Sud. Les deux groupes sont les premiers peuples que les européens ont rencontrés en arrivant au pays pour la première fois. Actuellement, les Khoisans vivent dans les régions désertiques des confins du Botswana et de la Namibie. Tandis que le peuple Bushmen tire le bénéfice de la chasse et du tourisme sur ses nouvelles terres à la lisière du Kalahari.

Par ailleurs, les mariages interraciaux entre les immigrants européens et leur servante aborigène ont donné naissance à une population de Métis en Afrique du Sud. Ces Métis représentent actuellement 9% de la population sud-africaine soit près de 4 millions de personnes. Ils sont essentiellement le fruit, outre les métissages des premiers immigrants européens avec les autochtones, des esclaves importés par les hollandais (Malais du cap) de leur colonie de l’actuelle Indonésie.

Si vous voulez faire des rencontres avec les Métis sud-africains, actuellement ces derniers vivent presque tous au Cap et dans sa région.

Les Blancs

Eux-mêmes, les Blancs se classent aussi en deux catégories: les Anglophones et les Afrikaners.

Les Afrikaners

Les Afrikaners sont les descendants nés en Afrique du Sud des premiers Hollandais arrivés au pays dans la région du Cap aux environs du 17è siècle. À ceux-ci s’ajoutent les descendants nés au pays des Allemands qui ont suivi plus tard les Hollandais.

En 1688, les familles françaises huguenotes ont débarqué par quelques centaines au Cap. Leurs descendances nées au pays forment également les actuels Afrikaners. Lors de l’indépendance de l’Afrique du Sud en 1934, ces derniers qui représentent 60% de la population de race blanche au pays ont pris en main les rênes du pays. C’est ainsi que 8% de la population sud-africaine de l’époque a gouverné sans partage le pays de 1948 à 1994.

Les Anglophones en Afrique du Sud

Les Anglophones, appelés aussi Uitlanders ou étrangers par les Afrikaners eux-mêmes forment actuellement un peu plus de 2 millions d’individus en Afrique du Sud. Ils sont les descendants des immigrants d’Europe orientale (Lituanie…) et centrale (Hongrie…), essentiellement des juifs arrivés au pays à la fin du 19è siècle. Ils sont rejoints par les descendants des Britanniques débarqués au pays au 19è siècle aussi. Puis, plus récemment les Portugais d’Afrique qui ont fui la décolonisation et les Grecs se sont depuis ajoutés à la liste.

Les autres nations

Les descendants des Indiens de l’empire britannique avec un peu plus d’un million de personnes sont, quant à eux, concentrés à Durban où ils représentent 40% de la population des Blancs du pays. Enfin, les quelques dizaines de milliers de chinois se sont installés en Afrique du Sud depuis plusieurs générations.